Sicherheit

Notre existence en elle-même provient peut-être d'une catastrophe. Notre passé est donc peu important. Notre futur, lui, est ce que nous voudrons bien en faire.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au grés du vent (Eicko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Ven 30 Sep - 17:02

La vue du bâtiment le rassura immédiatement. Ils y étaient finalement. Il espéra ne pas croiser quelqu'un de sa race, mais ne devint pas nerveux pour autant. Les circonstances étaient de son côté et on ne lui en voudrait pas pour si peu. Gros plus de son côté: on ne voyait rien.

Son passager reprenant du poil de la bête, ce ne fut pas long qu'il le balança au sol, puis l'immobilisa dans une prise douloureuse. Une jambe de déposée dans les articulations de ses genoux, un bras de passé autour du cou de l'humain, et avec sa main de libre, il lui faisait une pression dans l'aisselle, forte, qui aurait de quoi le tenir tranquille.

- Tu as le choix: coopère en silence, ou rejoins l'inconscience par l'étouffement, encore. Si tu veux vraiment t'amuser à me faire perdre mon sang froid, je peux tout aussi bien t'empaler sur le canon de mon arme. Tu as dix secondes pour faire ton choix.

Vilain Zolvar. Utiliser des conneries entre mercenaires comme menage. Ce n'était pas très propre, mais avec de la chance, ça lui refroidirait les ardeurs. Assez vite pour qu'il n'aie pas à le tenir indéfiniment, ce serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Sam 1 Oct - 8:07

En moins de deux le jeune s'était retrouvé plaqué au sol dans une prise douloureuse. Il lâcha quelques cris de protestation et grognements puis répondit:

" Je veux pas y aller! Tu m'amènes pas là! Je-veux-pas-y-aller-point-à-la-ligne! ...S'il te plait!"

Dit-il avec un ton supplicateur à la fin.

Eicko qui avait de son côté laissé le blessé entre bonne main, était ressortit à l'extérieur en constatant que le duo n'était pas encore entré dans l'avant-poste. Il vint s'accroupir près du jeune.

- Je vois que vous êtes revenu à vous. Pourquoi ne pas opter pour la coopération? Ce serait moins douloureux. Nous n'avons que quelques questions à vous poser.

Dit-il de son ton calme habituel. Il releva ensuite la tête vers Zolvar.

- Je ne vous remercierai jamais assez de votre coup de main dans cette histoire.

"Je veux pas y aller...s'il vous plait...je veux pas aller là-dedans..."

geignit le jeune, d'une petite voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Sam 1 Oct - 20:52

Le jeune homme continuait de paniquer, sans raison apparente. Oui, c'était la justice qui l'attendait... il ne comprenait pas. Quelque part, peut-être ne voulait-il pas comprendre? C'était une possibilité.

- De quoi as-tu peur? Contrairement à vous, les Défenseur ne poignardent pas les gens...

Eicko arriva ensuite, et il se contenta d'accepter les remerciements d'un signe de tête. Il avait hâte que tout ça soit terminé. Dans cet optique, il se remit debout, retenant toujours le jeune à la gorge et dans une clé de bras, pour le pousser à l'intérieur. Dans la porte, il du se pencher un peu pour passer, maintenant trop grand. Ses pas s'arrêtèrent alors qu'il atrendait les indications d'où il devait déposer ce colis turbulent. Bientôt, il serait à la maison, avec une tisane pour le détendre. Ses yeux se baissèrent sur le jeune homme qu'il retenait, et il soupira en regardant son dos plaqué contre sa poitrine. Oh, il aura du sang sur son dos. Peut-être que ça lui rappellerait son erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Mar 4 Oct - 20:20

Le jeune se débattit autant que possible en toussotant et en hurlant.

" Non! Nooon! S'il vous plait!...S'IL VOUS PLAIT!"

Le jeune se mit même à pleurer. Eicko de son côté ne saisissait pas non plus la teneur de ces lamentations. Ce jeune n'était pas le premier à résister à une arrestation, mais à ce point? Pas dans son souvenir.

Le défenseur fit signe à deux autres défenseurs de venir libérer Zolvar de son paquet hostile.

- Calmez-vous, vous n'améliorez pas votre situation.

Lui dit Eicko d'un ton calme. Une fois que les deux gaillards eurent prit possession du contrevenant, le regard de l'Orchid se posa plus sérieusement sur le mercenaire.

- Êtes-vous blessé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Mar 4 Oct - 20:48

Les mains maintenant libres, le mercenaires recula et prit le temps de souffler. Quelle journée étrange... Les Défenseurs partirent avec le jeune homme en détresse, puis le regard d'Eicko se planta sur lui. Sa respiration se fit un peu plus difficile alors qu'il essayait de déterminer la meilleure démarche à suivre.

- C'est une vieille blessure qui revient, de temps à autres. Je vais m'en occuper moi-même.

Il se tourna et se dirigea vers la sortie... reprenant son 6,8" habituel. Ses épaules reprirent également leur largeur de départ, et les vêtements se replacèrent, comme si de rien était. Lui retint un grognement. Visiblement, cette foutue vieille blessure ne voudrait pas le laisser en paix. Il sortit dehors, voulant prendre l'air. Il retira même son masque, la peau rouge et bleue dessous, respirant de manière calculée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Ven 28 Oct - 16:13

Eicko observait Zolvar sans se gêner. Sa "transformation" ne lui avait pas échappé, il avait seulement préféré poser des questions une fois le suspects en lieu sûr.

Le gardien hocha doucement la tête suite à la réponse du mercenaire et le suivit dehors.

- Je crois que c'est le moment de prendre un verre.

Dit-il d'un ton égal. N'étais-ce pas ce que les gens faisaient, habituellement, après avoir vécu des émotions fortes? Pour Eicko, boire de l'alcool n'avait aucun attrait, cela était même plutôt répulsif pour lui. Mais il pouvait bien accompagner le Mutalythe.

Il s'étira un peu, quelques grincements et craquement végétaux se faisant entendre, puis il sourit en levant le visage au ciel, les feuilles sur ses épaules se redressant doucement pour mieux cueillir les faibles rayons UV.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Sam 29 Oct - 2:57

Prendre un verre? Le Mutalythe eur un petit rire, subtile mais tout de même audible. Un verre, oui, pourquoi pas? Lentement, il reprit son calme, puis toucha sa poitrine du bout des doigts. Il y avait encore du sang, mais il commençait à sécher. Un pansement, une fois à la maison, réglerait son problème.

- Un verre... Oui, allons prendre un verre... Quoique je crois que les Orchids ne boivent pas.

Il eut un petit gloussement fatigué. Journée de merde, à priori. Au moins, il avait de la bonne compagnie... qui en avait vu un peu trop. Il soupira, puis commença simplement à se traîner au bar le plus près, sans poser de question. Peut-être saurait-il ce qui s'était passé un jour, et qui était cet étrange lunatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 10 Aoû - 9:34

Eicko fixa le mercenaire en silence un instant suite à sa réponse. Il esquissa ensuite un mince sourire, mais bien sincère.

- Effectivement. Je vous accompagnerai avec quelque chose de plus comestible pour mon espèce.

Il entâma le pas à son tour, lentement.

- Peut-être aimeriez-vous aller changer de vêtements avant de rejoindre un lieu public?

Dit-il, les yeux mi-clos. Même si ce n'était pas si inhabituel de croiser des gens avec des vêtements tachés de sang, surtout durant les derniers temps, il n'était sans doute pas nécessaire d'en ajouter. L'orchid poussa un petit soupir, qui ressemblait davantage a un grognement doux. Semblant sorti de nul part, un petit oiseau au plumage violacé vint se poser... directement sur l'épaule de Zolvar, se blottissant contre son cou, son plumage duveteux gonflé de bien-être.

Eicko ricana tout bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 10 Aoû - 13:34

Le mercenaire ralentit à la proposition, puis baissa les yeux. Se changer? On ne voyait pas le sang, sur ses vêtements noirs. Personne ne serait inquiet... et il saurait se placer en conséquence pour ne rien salir. Il secoua donc négativement la tête.

- Ce ne sera pas nécessaire...

Il n'ajouta rien et se remit en marche, pour avoir un léger sursaut alors que l'oiseau venait se poser sur lui. Plutôt, sentir la petite chose dans son cou le rendit confus. Pourquoi donc maintenant? Pourquoi lui, alors qu'il y avait un perchoir infiniment plus intéressant tout près? Il ne posa pas de questions, eut un mince sourire et continua de se traîner jusqu'au bar le plus près. Un verre lui ferait définitivement du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Ven 11 Aoû - 12:35

Eicko fit un petit signe de tête à la réponse du mercenaire. Il est vrai que sur ses habits noirs le sang n'était pas vraiment apparent, mais l'odeur, elle, l'était.

- À votre guise.

L'orchid ferma les yeux un instant tout en poursuivant sa marche. Quelle journée...

Alors que le soleil se couchait lentement, la fraîcheur de la soirée gagnait lentement le district. Le petit volatile sur l'épaule de Zolvar avait entreprit de lui lécher le cou, récupérant probablement quelques précieux sels minéraux. Quelques reptiles pouvaient également être aperçus, se précipitant tout bonnement sur l'orchid, frayant un chemin entre ses branches pour s'y loger. Le gardien ne semblait pas y porter attention, un doux et profond grognement se dégageant de ses entrailles en seule guise de réaction.

- J'espère que le p'tit saura être coopératif.

Dit-il dans un espèce de soupir, faisant référence au malfrat qu'ils avaient capturés un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Ven 11 Aoû - 19:04

Silencieux, le mercenaire avança relativement lentement, comparé à son rythme habituel. Il n'avait pas envie de se presser. Il n'en avait pas la force non plus. En plus, il était maintenant accompagné de ce petit oiseau, qui lui léchait le cou et le chatouillait un peu. Il ne comprenait trop mais ne s'en plaindrait pas non plus. Le grognement d'Eicko ne lui échappa pas, mais il n'y prêta pas vraiment d'attention, plus vraiment surpris par les squatteurs de l'Orchid.

À ses dernières paroles, par contre, il haussa les épaules. Est-ce qu'il était inquiet? Non. Avait-il raison de ne pas l'être? Oui. Il se moquait éperdument du sort de cet imbécile. Il avait blessé quelqu'un, il ne méritait donc plus sa pitié. Simplement sa méprise.

- Il n'avait pas l'air très bien parti pour le faire. J'espère, de mon côté, qu'il ne fera plus de mal à personne...

un autre soupir lui échappa, il fit rouler ses épaules, encore, puis s'étira un peu. Un verre, des salutations, et ensuite une longue nuit de sommeil. Ce serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Ven 18 Aoû - 23:47

Le gardien hocha lentement la tête. Cela semblait effectivement être mal barré pour le jeune.

- C'est souhaitable, mais j'en doute. Cette fois il sera peut-être détenu suffisamment longtemps pour qu'un médecin en fasse l'évaluation.

Eicko soupira doucement de découragement. Certains étaient incorrigibles et d'autres simplement en mal de soins. Il était devenu clair pour le gardien avec le temps que ce type faisait partie de ceux qui ne devraient pas être relâché en société.

La nuit s'installait doucement, faisant glisser son voile apaisant sur tout le district. Au vue du ciel plutôt dégagé, les étoiles seraient probablement au rendez-vous.

- C'est quand le jour s'endort que l'animal se réveille. Je n'ai jamais compris ceux qui parlent de nuit paisible. La nuit est tout sauf paisible. La noirceur est le moment le plus agité de la journée. Pas seulement dans le district. Je parles du monde entier. Jusqu'au fin fond des forêts. Depuis le début des temps. Chaque souffle, chaque bruissement, tout a son importance. La nuit se lève une splendeur sauvage. De l'humidité du sol jusqu'aux caresses du vent, les odeurs terreuses et les craintes les plus primales, le monde entier s’imprègne d'une atmosphère électrisante. Dans le plus creux des silences se cache toujours quelque chose. Quelque chose qui veille.Sans relâche. Un oeil qui scrute l'univers et qui attend, patient, d'agir.

Il marqua une petite pause, plissant les yeux.

- La grande prophétie dit: "Jamais homme ou bête n'a pu ressentir, voir, ni entendre ce que les entrailles de la terre hurle lorsque je meurt. Ce serait si terrifiant que plus aucune vie ne pourrait jamais fouler ces contrées. Si puissant que l'onde de choc ravagerait des continents entier. La mère terre sait tout et son savoir est plus précieux que l'air, l'eau et le soleil réuni. La mère terre n'est que patience et la patience vient à bout de tout." Comme dans la grande légende.

Dit-il doucement en accueillant un volatile sur sa main, comme si Zolvar pouvait y comprendre quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Lun 21 Aoû - 0:41

Le mercenaire écouta tranquillement les paroles du Défenseur, en silence. Lui n'était pas bien placé pour donner son avis sur ce genre de chose, de toute manière. Déjà qu'il avait évité une assignation à la prison... Maintenant, il hésitait un peu, mais à quoi bon.

Les paroles qui suivirent le rendirent confus. Pas nécessairement celles sur la nuit... mais les dernières. Était-ce là un aperçu des croyances Orchid? Ce peuple était si conservateur, si secret... Peut-être. Avait-il été chanceux de l'entendre? Probablement. Il n'en comprenait tout de même rien, dans tous les cas. Il n'en dit donc rien, se contenta de rester dans le silence et continua d'avancer.

Le duo arriva rapidement en vu d'un petit bar, dans le quartier résidentiel, vers lequel le mercenaire s'engagea sans hésitation. Lui qui connaissait bien ce secteur, il y connaissait également les bars et savait lesquels éviter. Celui-là n'en faisait pas partie.

- ...c'est quand quelqu'un a tout perdu, dans tous les cas, qu'il est le plus dangereux... Parce qu'il peut tout mettre en jeu, vu qu'il n'a plus rien pour le retenir. C'est à ce moment que le monstre sort... et il est infiniment malicieux.

Il jeta un oeil au Défenseur, puis lui indiqua le bar d'un signe de tête.

- L'endroit vous convient-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Lun 21 Aoû - 9:22

Eicko sorti d'un espèce de torpeur lorsque Zolvar lui adressa la parole. Il esquissa un mince sourire.

- Je ne crois pas, à mon humble avis, que l'on puisse tout perdre. Peu importe ce qui peut se produire, il nous restera toujours la fierté, l'orgueil ou du moins certaines valeurs, une forme de morale. Je ne crois pas pour ma part que l'on puisse excuser un geste par le fait d'avoir "tout perdu". C'est une façon déformée de déresponsabiliser les gens et ce n'est pas acceptable.

Dit-il d'un ton doux et égal.

Pour toute réponse sur le choix de l'endroit, l'orchid désigna la porte de la main dans un genre d' "après vous" et suivit le mercenaire à l'intérieur. Une fois dans le bar, le gardien jeta un regard horizontal à l'endroit histoire d'évaluer sommairement la clientèle. Il poursuivit ensuite:

- Je crois que la notion de tout perdre est typiquement humaine. Je ne dis pas que d'autres espèces ne peuvent pas en ressentir autant, mais les facteurs motivants une telle affirmations varient énormément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 24 Aoû - 18:41

Les premières phrases d'Eicko semblèrent le figer. Une manière de déresponsabiliser les gens? Ils avaient trouvé là un point de désaccord, et un gros. Il n'en était pas fâché... simplement surpris que l'Orchid, un Gardien qui plus est, dénie simplement ce fait. Beaucoup de gens perdaient tout, pour des raisons différentes... Le nombre de Cyborg ou d'Altéré le prouvait. Merde, le nombre d'Inhumains qu'il connaissait et qui n'avaient plus rien, raison de leur transformation.

- ...parfois, il ne reste rien d'autre que le désespoir. L'envie irrémédiable de mettre un terme aux jours qui nous semblent si douloureux. Il ne reste qu'un vide, parce que nos biens matériels, mais surtout, nos valeurs émotionnelles, ont été bafouées. J'ai vu des histoires d'adultère, ou l'homme du couple s'est simplement fait mettre à la porte, sans toit, sans avoir le droit de voir son enfant. Tout le monde a cru la demoiselle, et tout le monde lui a tourné le dos, du jour au lendemain.
Il n'avait plus rien. Il était blessé. Il était désespéré. Il allait bien, physiquement, oui. Peut-être avait-il encore la santé. Il a voulu se refaire, est sorti des murs en tant que Scavenger... et ils l'ont ramené en trois morceaux. Il est devenu cyborg pour survivre. Sinon sa haine, il n'a encore rien.


Il eut un soupir et baissa la tête, incertain. Était-ce tout perdre? Le nombre de Guérillas qui se retrouvaient en morceaux... le nombre de gens qui changeaiet et se faisaient renier par leurs pairs. Le nombre de gens, dernièrement, qui perdaient leurs proches et qui se retrouvaient seuls, avec le souvenir des hurlements de souffrance... des flammes qui brûlent...

- J'ai vu trop de laissé pour compte, de gens qui avaient perdu leur raison de vivre et simplement de gens qui n'avaient même plus de quoi se nourrir, leur dignité, pour croire qu'on ne peut pas tout perdre. Notre État est beau... mais il a définitivement assez de lacune pour que quelqu'un n'aie plus rien.

Il entra ensuite dans le bar. C'était un petit endroit accueillant, chaleureux, avec quelques tables. Les gens préféraient vraisemblablement les tavernes et bars du Central, parce que l'endroit était vide à cette heure, sinon le tenancier qui leur souriait doucement. Comme par habitude, le mercenaire se rendit à une table, près d'une fenêtre, puis sembla loin dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 24 Aoû - 19:38

Le gardien écouta avec attention les paroles du mercenaire. De la souffrance dans le district, il y en avait. Même beaucoup trop. Durant sa carrière il avait été témoin de plusieurs choses horribles et il se questionnait souvent sur ce qui pouvait rendre les gens aussi horrible les uns envers les autres.

- Vous avez sans doute raison. Nous n'avons pas la même vision de l'existence, mais vous avez raison à votre façon. Sur beaucoup de points. L'être humain est cruel. Cruel, égoïste, individualiste et souvent sans honneur. J'aime discuter avec vous.

Il suivit le mercenaire dans le bar et s'assit face à lui après avoir fait un petit signe de tête au tenancier en guise de salutation.

- La souffrance engendrée par la tristesse... est l'une des pire souffrance, je crois. Mais causer plus de souffrance autour de soit ne réparera pas ce qui a été brisé et ne rendra pas ce qui a été perdu. Cela ne fait qu'enfoncer notre monde dans une spirale de violence et d'avantage de souffrance. C'est pour cette raison que je dis que le fait de tout avoir perdu ne devrait pas justifier de tout enlever aux autres. Les gens qui le font ne méritent pas un meilleur traitement que les autres criminels. Souffrir, aussi profondément cela soit-il, ne justifiera jamais aucun geste cruel ou d'être une nuisance pour l'ordre public. On ne fait pas renaître un arbre en abattant la forêt autour.

dit-il de son ton toujours égal, en croisant ses doigts crochus sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Mar 29 Aoû - 12:55

Le mercenaire haussa un sourcil aux paroles du Gardien. Les humains? Tout le monde était horrible, pas simplement les humains. Les autres l'étaient tout autant... de manière différente, simplement. Le Néorithes ne disaient rien à personne et ne montraient même pas leur visage. Les Orchids étaient également tout en secret, en plus de prioriser la vie végétale. Les autres, comme sa race? Ils gardaient tant de chose pour eux et s'empêchaient tellement de faire de grandes choses, parce que les "autres ne devaient pas savoir". Tant de vies de perdues pour rien... la journée le laisserait aigre, c'était tellement flagrant. Une belle et longue journée, qui avait pourtant si bien commencé...

- ...ça ne justifie rien, non, mais parfois, c'est l'étincelle qui manque pour allumer le brasier de nos plus bas instincts. Comment l'État a-t-il fait pour descendre si bas, je me le demande...

Il fit un signe au tenancier, comme s'il le connaissait bien, ce qui était un peu le cas, puis ramena son regard sur Eicko. Était-ce parce que les dirigeants avaient perdu de vue l'important? L'homme du 800ième avait-il eu raison? Les Élus ne pouvaient pas tout faire, bien entendu, mais... Il eut un long soupir aigre, enleva son masque, puis se massa les yeux. Sa peau était rouge et bleue, de manière égale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Mar 29 Aoû - 14:58

L'orchid haussa doucement les épaules, mimiquant ce geste humain d'ignorance. Il étira doucement un bras, mettant le dos de sa main à plat sur la table à une distance tout de même respectable de Zolvar. Un son ressemblant à un grondement sourd s'échappa de sa poitrine et peu de temps après, un petit lézard sortit de son poignet pour escalader ses doigts et s'enfuir sous un table plus loin.

- L'État... a du mal à gérer la cohabitation. Il me semble du moins. L'État, aussi brillants soient-ils, bien intentionnés ou je ne sais quoi encore... n'a pas de pouvoir sur le sentiment de bien-être ou de mal-être qui habite chacun de nous. Les hommes comme ceux qui sèment la terreur actuellement dans la District savent, eux, comment tirer les ficelles. Où frapper, qui frapper et comment.

L'orchid marqua une petite pause, jetant un regard vers l'extérieur qui s'assombrissait sans cesse, laissant place à un ciel plutôt dégagé et piqueté d'étoiles.

- Le commun des mortels ne vivra pas assez longtemps pour bien saisir le sens de ce que je vous dis. Le District est, de mon point de vue, un forme de réservoir. Un endroit où plusieurs espèces sont contenues, forcées de cohabiter ensemble. Des espèces qui ne sont pas toujours compatibles. Mais toutes des espèces dotées d'intelligence. C'est le poison de ce mode de vie. La symbiose est impossible. Les territoires sont confondus. On ne peut pas demander à un serpent de cohabiter avec une souris. Sauf si nous avons le pouvoir de leur offrir tous deux un environnement qui rend la cohabitation possible. Et l'État n'a pas ce pouvoir, aussi déterminé soit-il.

Il referma lentement sa main puis la retira de la table.

- Le District est un cancer contenu par de hauts murs de béton. Lorsque les murs s'écrouleront... ce qu'il y a de l'autre côté des murs reprendra ses droits. En attendant ce jour, il est de mon devoir de m'assurer que l'ordre se maintient... que la cohabitation fragile du District se maintient suffisamment... pour éviter le pire.

Dit-il dans un quasi chuchotement, presque pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 31 Aoû - 21:04

Définitivement, leurs opinions étaient différentes. Se sentait-il mieux maintenant qu'il savait qu'un Gardien tenait ce genre de discours? C'était un homme qui devait les protéger, de base. Et maintenant... il parlait de leur État comme d'un cancer. Sa peau se teinta d'un peu de bleu, encore, et il baissa la tête.

- ...si ça ne vous dérange pas, j'aimerais changer de sujet. La journée a été éprouvante... et je ne sais pas si toutes mes facettes sont en état d'entendre de telles paroles, surtout prononcées par un Gardien.

Il eut un soupir, remercia le tenancier de passage d'un signe de tête et récupéra le gobelet en bois que ce dernier lui avait laissé. C'était indéniablement du fort, mais lequel? Lui savait. Les autres n'avaient pas à savoir. Il prit donc quelques gorgées, qui le firent frissonner, puis fit rouler ses épaules, pour la centième fois au moins dans la journée.

- ...tant que je peux garder ma famille en sécurité, tout ça me convient. C'est égoïste,
je le sais... mais, parfois, tout le monde a le droit de l'être, quelques secondes... Tant que ça ne touche pas les libertés des autres. Depuis combien de temps servez-vous l'État, dites-moi?


Ce fut un regard totalement blasé qui se déposa sur Eicko. Visiblement, il en avait assez de sa journée, le pauvre mercenaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 14 Sep - 14:17

Le gardien écoutait le mercenaire en penchant doucement la tête de côté. Pour lui, le discours qu'il tenait n'avait rien d'agressif. Au contraire, il ne s'agissait que de faits. Il scruta les moindres fait et geste de son interlocuteur alors que ce dernier prenait le gobelet et en buvait une rasade.

L'orchid ferma les yeux quelques secondes, comme s'il cherchait dans sa mémoire.

- Une décennie ou deux. Assez longtemps pour apprendre le mode de vie et aimer côtoyer les gens qui vivent dans le District.

Dit-il d'un ton doux, notant bien la fatigue apparente du mercenaire.

- Vous aimeriez sans doute aller prendre du repos... la journée fût chargée. Je tiens d'ailleurs à m'excuser que vous ayez été mêlé à cette histoire avec le jeune malfrat, plus tôt.

il fit une petite pause avant d'ajouter, plus bas, presque piteux:

- Et que vous ayez dû écouter mes sornettes sur la vie dans le District.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Jeu 14 Sep - 23:16

Le Mutalythe observait lui aussi son interlocuteur, non sans perdre son air blasé. Il ne clignait pas beaucoup des paupières, mais en même temps, avec son arme de précision, il devait avoir l'habitude de garder les yeux ouverts le plus longtemps possible. De rester concentrer des heures durant.

Un petit soupir s'échappa de lui alors qu'Eicko s'excusait. Il baissa la tête, éloigna les remords du Gardien d'un mouvement de main, fit rouler ses épaules, puis vida tout bonnement son verre. Sa blessure lui faisait mal, très même, mais il réglerait tout ça à la maison. Il savait comment faire des sutures.

- Ne vous excusez pas. Je préfère nettement une histoire avec un voyous que d'encore me faire prendre pour cible par un foutu puriste... J'ai assez brûlé dans ma vie. Ce soir, ce n'était rien.J'ai nettement eu pire...

Il soupira de nouveau, baissa les yeux sur la table, puis eut un léger sourire, quoique très doux. Les paroles de son père, éternel philosophe à ses heures, résonnaient dans son esprit.

- C'est en argumentant avec une personne qui a des idées différentes des nôtres que nous ouvrons nos horizons et que nous affûtons notre esprit. Vous avez tous les droits d'avoir vos opinions, peu importe si elles divergent des miennes. Tant que vous ne faites mal à personne...

Il aurait eu toutes les raisons du monde d'être comme l'un des autres Inhumains. De détester les humains et de vouloir les tuer. Il avait vu les Puristes faire tellement de mal, engendrer tellement de souffrances... mais non. Lui, il parlait d'ouvertures d'esprit dans les bars, avec des étrangers. Bravo Zolvar, tu es comme ton père. Un idéaliste rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicko Hansel

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2016

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Ven 15 Sep - 9:23

Un mince sourire se dessina sur la visage de l'orchid. Discuter avec le mercenaire le changeait des futilités habituelles échangées avec les habitants du district ou de son travail en général. En ce qui concernait les puristes... ces gens manquaient cruellement d'empathie et d'intelligence, du moins selon Eicko. Pas qu'ils étaient stupides. Au contraire, certains de leurs plans étaient si bien orchestré qu'il se surprenait parfois à en reconnaître intérieurement le génie. Mais d'intelligence globale.

- Vous savez, M. Zayne... la peur est le meilleur carburant lorsque vient le temps d'agir sans réfléchir. Mais je ne vous apprends sans doute rien. Comme nous ne pouvons donner davantage que ce que nous recevons, je crois que la peur que les Puristes engendre n'est que le reflet de leurs propres craintes.

L'orchid ferma les yeux un instant, ses oreilles se dressant légèrement comme s'il avait entendu un bruit suspect. Il rouvrit les yeux, tout sourire ayant disparu de son visage.

- Je souhaite ardemment que tout ce cirque puisse cesser rapidement, et je peux vous assurer que toutes les factions militaires du District mettent la main à la pâte pour y parvenir. Lorsque les têtes dirigeantes de ces attentats seront mises sous verrou, ils ne manqueront point d'être soumis à un procès juste.

Un léger grondement se fit entendre, provenant du fin fond des entrailles de l'orchid.

- Et vous ne manquerez pas de savoir que plusieurs membre des forces armées du district... ne sont pas de la race humaine. Il faudra bien faire gaffe que les esprits ne se laissent pas emporter par quelques vengeances personnelles. Ce pourrait être assez pénibles pour ceux qui en subiraient les foudres.

Dit-il de son ton habituel, assez monocorde et sans réelles émotions.

- Désirez-vous que je vous accompagne sur la route vers votre lieu de repos où préférez-vous marcher seul?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zolvar Zayne

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 08/03/2016
Localisation : Secteur des habitation

MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   Dim 24 Sep - 22:45

Le mercenaire se contenta de le regarder et de l'écouter, sans l'interrompre. Il n'avait rien à répondre, à première vue. Un peu de bleu passa sur son visage, par contre, et un sourire un peu cruel étira ses lèvres. Son air doux habituel avait été remplacé par un beaucoup plus inquiétant.

- ...et ce sont les mercenaires qui s'occupent de la prison de l'État...

Il eut ensuite un soupir, roula des yeux et se leva. Sa peau était revenue au rouge, totalement.

- Très franchement, avec ma chance habituelle, je ne dirais pas non à de la compagnie. Je vais aller payer, par contre.

Justement, il se rendit au comptoir, remercia chaudement le tavernier, lui donna son dû et revint vers le Défenseur. Il était fatigué, oui, mais était définitivement capable d'au moins se rendre chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au grés du vent (Eicko)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au grés du vent (Eicko)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣
» vent malin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sicherheit :: Zones de jeu :: Secteur des habitations :: Avenue Principale-
Sauter vers: